Référencement & nom de domaine générique

avril 15, 2012 à 2:17 | Publié dans SEO - référencement, Web strategy | Un commentaire

Vous avez forcément entendu dire d’une agence web, d’un développeur ou même d’un ami:

Utiliser des mots-clés dans le nom de domaine aidera le référencement

On retrouve ainsi pléthore d’entreprises utilisant des termes indiquant leur activité et / ou leur localité dans leur nom de domaine.

Les noms de domaines génériques dans le seul but d’améliorer le référencement:

Dans certains cas, il s’agit uniquement d’améliorer le référencement. L’entreprise porte un nom (marque) sous lequel elle est connue, mais elle va utiliser un nom de domaine radicalement différent pour s’assurer un bon référencement.

Nom de domaine générique et référencement

L'hôtel de la Plage utilise un nom de domaine générique et ça marche!

Mission accomplie pour l’Hôtel de la Plage qui se retrouve en première position. Le deuxième hôtel à Hossegor apparaissant dans Google, les Hortensias du Lac, fait le choix de communiquer sur sa marque.
Je ne suis pas expert en communication « généraliste », mais je suppose que lorsqu’on choisit un nom, une marque, on met toutes ses chances du même côté pour communiquer sur ce nom.
On pourrait alors considérer que la communication est diffuse et donc moins forte, lorsqu’on choisit un nom de domaine éloigné de son nom commercial

Les noms de domaines génériques et marques génériques

Technique assez intrigante, certaines entreprises choisissent un nom générique comme nom commercial et de ce fait, le référencement suit, sans pour autant rendre diffus le message de la marque.

les marques génériques

Capbreton Immobilier, bien placée!

Dans ce cas là, l’agence Moné est la mieux placée en naturel, mais en local, Google favorise les agences qui possèdent « Capbreton » dans le nom de domaine / nom commercial.

Que dit Google sur les noms de domaines génériques?

Google a revu sa position. Auparavant très favorisés dans les pages de résultats, les noms de domaines génériques ont perdu un peu de leur éclat. Certains, souvent les noms un peu trop longs, se voient même parfois pénalisés lorsqu’ils n’ont que peu d’autres signaux indiquant leur qualité.

Petite expérience TripleLootz

Nous participons à un projet de création de site sur le glamping, ce phénomène de « camping glamour » aprécié notamment par les anglais / allemands & néerlandais.
C’est un terme qui n’est pas encore trop concurrenciel et l’objectif est de voir quel impact un nom de domaine générique peut avoir sur le positionnement d’un site.

Le site a été mis en ligne récemment, ne possède aucun lien, mais caracole déjà en 14ème position sur le mot « glamping ». Comme quoi, le nom de domaine générique a un impact non négligeable.

Nous referons le point dans les mois qui viennent pour vous tenir au courant.

Publicités

Le Bon Coin, dans l’immobilier comme dans la vente de sèche cheveux… Pourquoi est-il si fort?

février 16, 2011 à 9:46 | Publié dans ergonomie - design, Web strategy | Un commentaire

Hier lors d’une formation référencement à Nîmes, le déjeuner fut marqué par une discussion sur le succès du Bon Coin?

Il faut savoir que dans l’immobilier (mais c’est aussi vrai pour la vente de sèche cheveux, de ceintures et de vignettes panini), le Bon Coin est devenu une des principales sources de contacts. (Derrière le référencement pour les agences immobilières les plus futées :))

le Bon Coin: un succès dans l'immobilier

Il fait pas rêver ce look?

La question étant; comment se fait-il que Le Bon Coin soit un succès sachant que:

  • Le site est moche
  • Le site n’est pas fonctionnel: pas possible de mettre en place une alerte pour être mis au courant des nouveautés par exemple
  • Il ne jouit pas d’un bon référencement
  • Il ne fait pas non plus de pub!!!

Bref, si « Bon Coin » est aujourd’hui le deuxième mot-clé le plus tapé en France derrière « Facebook », c’est uniquement grâce au bouche à oreille.

Un des participants à la formation est parti acheter le dernier numéro de Capital, pour qu’on puisse éplucher les éléments qui ont fait selon l’auteur d’un article sur le Bon Coin, le succès de ce site:

  • simplicité par rapport aux concurrents: l’idée étant de donner directement accès au numéro de téléphone du vendeur, de tout avoir en trois pages en gros: accueil > recherche > détails
  • le prix: ou plutôt l’absence de prix. La gratuité était apparemment unique lorsqu’ils se sont lancés il y a 4 ans. Tous les concurrents étaient payants! Ils pensaient d’ailleurs ne rester gratuit que quelques temps, mais les revenus publicitaires se sont avérés plus intéressants que prévus.
  • la recherche régionale: alors que le web permet justement de pouvoir acheter un appareil photo reflex à l’autre bout du pays, Le Bon Coin a joué la carte régionale en favorisant la mise en relations de personnes qui sont proches géographiquement. De cette manière, il existe des « web chineurs » qui sont collés au BonCoin pour savoir tout ce qui se vend localement, de la maison à la machine à laver, dans le but de ne pas rater la bonne affaire.

Au niveau des revenus, la moitié est assurée par la pub, l’autre moitié par les professionnels de l’immobilier. Donc ils espèrent trouver d’autres professions (concessionnaires, vendeurs électroménager…) pour arrondir les fins de mois!

A noter que l’actionnaire principal du Bon Coin a annoncé qu’il ne comptait surtout pas changer le design!

Best practices to improve the online customer service experience

avril 1, 2009 à 4:37 | Publié dans conversion, Web strategy | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , ,

Customers want immediacy and they want to see that businesses are taking care of them.

This simple constatation should lead to a reflexion about how we improve the online customer service experience.

Recently I bought a digital reflex camera on a big french shopping site.

From me moment I clicked « purchase » and the moment the product was delivered at my home, I received four emails:

  • your order has been recorded
  • your order has been validated
  • your order has been prepared
  • your order has been shipped

And, in these times of spam, of 50 important emails a day, hundreds of tweets per hour… I must say I was happy to receive these emails.

Perhaps, I particularly liked these emails because it was a significant purchase (and I needed to make sure it was not going to get lost), but in all case, the customer is happy to receive emails in that particular situation.

It doesn’t only regard physical goods. If you are sending an e-card for Valentines day, wouldn’t you want to receive a communication that says: « your card left our servers », and then « your card has been opened by the person you sent it to »…

It doesn’t only regard « purchase ». Wouldn’t you apreciate a customer service sending you a first email « your question was received, we will answer you in the next 10 hours » and slightly later « we have read your question, we are finding the best solution »….

From the moment you performed an action on the Internet (purchase, contact… anything), until your « problem » has been solved (the goods are in your hands, the bug has been fixed…), the more emails you receive the happier you are.

There has to be a limit surely, but I don’t know any site that sends so much customer service emails that the consumer gets annoyed.
What is genuinely interesting in this finding, is that the moment your problem is solved, we all happily ignore further emails from the customer service centre. That’s why it’s such an opportunity!

When you cannot offer « proper » immediacy, the need for emails is real, you have the consumer’s attention until the product or service is received. This is JUST GREAT, so do something about it!

Now, what it means practically.

Automate your email system!
Define which events can generate a new « touch point » with the consumer (I remember of an old Harvard Business Review discussion these « moments of truth » = each interaction you have with the customer, and how you can improve them).
Payment is one, shipment is another… Don’t you have more? Each one of them could be translated in a different.

Each email is an opportunity
Promote your business, as a brand, but also promote other products and services in the emails.
Don’t SPAM the customer, add value: you can truly enrich their experience.

Analyse d’un site de recherche, comparaison et achat de pneus – popgom.fr

décembre 17, 2008 à 6:17 | Publié dans startups, Web strategy | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , ,

Comme vous le savez, je m’occupe du web marketing du site http://www.carbonblack.com.au, premier site indépendant de ventes de pneus en Australie.
Grande fut donc ma surprise quand je vis cet article sur la création d’un site du même type sur notre territoire.

Voilà une petite analyse de ce site de vente de pneus (en anglais)

It seems the founder of the companu left Michelin 2 years ago. He must have experience in terms of tyre technology, tyre market, and distribution structure.

The concept:

  • 500 dealers all aligned with stocks, prices on tyres and the same fitment + balance fee ($20 per tyre)
  • loads of information on tyres: reviews + photos of all tyres
  • 3 types of « search »: by brand, by car, by size (size is the default)
  • you search tyres first, then you click on a « buy » button
  • next step is the selection of the dealers: you enter a postcode and it shows a google map with tyre dealer listings
  • there, they list the dealers: address + name that’s all: no phone numbers, no logo, no reviews. You clearly choose based on proximity only
  • when chosen, you view an itinerary on google maps (this is something you can easily integrate with the google maps API) and you are asked to set up an appointment online (the dates offered are based on the delivery delay for the tyres to be available)
  • It will take 1 hour for the tyres to be fitted (this is also « aligned » across all dealers)
  • one thing that I can criticize: they ask my car make and model again although I have searched based on this information.
  • you purchase the tyres online then – it’s an e-commerce site, not just a comparison shopping site

Other notes:

Being aligned with dealers in terms of prices, allow Popgom to run the promotions. So they do show a lot of pricing on the site. Furthermore, they have a call centre for consumers. At all time they encourage to call.
This is not always the best for profitability, but it’s a nice initiative to help the market move to the internet.

In a nutshell the site has 4 components:
banana: tyre choice + dealer choice + appointment + payment

  • tyre guide with a lot of content (content is king for commodities such as tyres)
  • help (how the site works) – one page only
  • promotions (one page only with bridges to the tyre choice page)

In terms of user experience, popgom.fr has preferred pop ups to facilitate the navigation of the user within the content and different steps.

In terms of marketing spending, one of the investors owns a big lead generation shopping site that now refers all the tyre trafic to popgom. While this is beneficial in a launch environment, it might prevent popgom.fr from entering partnerships with other shopping sites.

This is the current traffic structure according to CEO:
30% from the shopping site
60% from Adwords
10% from direct + organic search engines

This is largely different from the traffic structure of CarbonBlack (35% organic / 35% Adwords / 20% direct / 10% referrers)

The CEO mentions that online tyre buying now represents 4% of the market in France, 2% in Spain and 8% in Germany. There are competitors in France but this site is really well thought compared to them.

The name « popgom » is not generic…. like us, this will be a disadvantage for search engine optimisation, which seems to be their biggest weakness unfortunately.

Réflexions sur le web marketing au royaume des automobiles

septembre 4, 2008 à 7:30 | Publié dans Web Marketing, Web strategy | Laisser un commentaire

Un autre article que j’ai rédigé sur le blog de CarbonBlack afin de rebondir sur un récit intéressant présentant le retard de l’industrie automobile en Web Marketing.

Un article de Triple Lootz en guest sur un autre blog

juillet 9, 2008 à 3:56 | Publié dans Web strategy | Laisser un commentaire

Les temps sont durs… car du temps, j’en manque. Et je n’ai pas pu faire une traduction en français de l’article.
Je préfère vous envoyer vers le blog de CarbonBlack, un de mes clients Australiens, sur lequel j’ai écris récemment un article concernant la Génération de Leads (prospects) dans les sites web B2C.

Blog dans un marché niche = acquisition sans effort via moteurs de recherche

mars 14, 2008 à 8:51 | Publié dans pub - advertisement, SEO - référencement, Web strategy | 2 commentaires

[Attention c’est un case study – l’article est un peu long]

Au printemps dernier, avec plusieurs amis surfeurs sur la côte sud Landaise, nous avons cette idée:

Créer un site de surf report artisanal et local, dans lequel on trouve un récapitulatif des conditions de surf du jour, comme si c’était un ami qui appelait de la page… »

Un « surf report » consiste à détailler les conditions de surfs (vagues + vents + houle + marée).

Contrairement au cas d’une start-up web, nous évitons les questions du genre: est ce que quelqu’un l’utilisera, est ce que ça peut rapporter de l’argent, combien cela va-t-il couter…
Il n’y aura pas de structures, et je prendrais une demi-journée pour mettre en place l’interface web. Le reste, c’est quelques minutes par jour pour regarder les conditions et mettre en ligne le report.

Au niveau des recherches sur google, nos résultats sont excellents pour quelques mots clés intéressants:

– hossegor surf report = 3ème
– capbreton surf report = 3ème
– seignosse surf report = 3ème
– landes surf report = 10ème
– surf report = 2ème
– surf forecast = 7ème

surf à Bells Beach Australie

et au niveau des keywords, les gens trouvent notre site avec (top 5):
– surf report = 907
– yoursurfreport = 150
– surf report hossegor = 116
– surf reports = 97
– hossegor surf report = 76

Vu que c’est un blog, les gens ne voient généralement que la page d’accueil et vu que la page d’accueil montre le report du jour, peu de visiteurs cherchent ou naviguent vers d’autres pages.
Mais on s’aperçoit que dès que l’on met un peu de mots clés dans un report, il est trouvé par certaines personnes sur les moteurs de recherches et donc se distingue de la masse de messages journaliers.

Les deux pages suivantes ont été les deux plus vues après la page d’accueil:
un report avec un titre très explicite
la page des surf forecast

On a également un pic de pages vues en Mars le jour (le 12) ou j’ai mis les news sur le tsunami qui a réduit en miettes une partie de l’Estacade de Capbreton.

Donc voilà le constat:

  • – très bon sur les moteurs de recherche
  • – notre public semble être friand d’infos qui dépassent le cadre des reports
  • – nous avons un public de surfeurs uniquement, et de surfeurs qui s’intéressent au surf dans les Landes, soit une cible très caractéristique.

La Gravière, surf, hossegor

Il est probablement temps de passer à l’action, et de commencer à prendre au sérieux ce site, ou tout au moins lui donner la chance de rapporter un peu d’argent.
Il existe plusieurs manières de présenter de la pub sur yoursurfreport.com….

1) Affiliation: comme sur Estim

Le plus: facile à gérer, pas de démarche commerciale à faire; en 1heure on a de la pub sur le site sous forme de liens ou de bannière. On choisit qui l’on veut comme annonceur sur notre site
Le moins: pas beaucoup de choix; surtout dans le surf… Ca marche avec des commissions sur les ventes principalement, donc peu de chances de rapporter gros.

2) Google Adsense: comme sur AlloSurf sur la gauche

Le plus: facile à gérer, pas de démarche commerciale à faire; en 1heure on a de la pub sur le site sous forme de liens. C’est rémunéré au clic ou à l’impression, donc pas besoin qu’il y ait des ventes pour qu’on gagne de l’argent.
Le moins: je choisis pas totalement qui je veux (c’est possible, mais pas automatique), donc c’est pas forcément très ciblé, l’exemple l’illustre bien. En plus, y a pas trop de choix non plus en terme d’annonceurs Surf.

3) Passer par une régie publicitaire – exemple de ViewSurf

Le plus: la régie fait du démarchage à notre place.. ils trouvent les annonceurs, et nous sommes payés en fonction du traffic qu’on attire sur notre site….
Le moins: ca rapporte pas énorme, car on a pas beaucoup de pages vues (les gens viennent principalement pour la page d’accueil = le report) en plus la régie prend une commission, pour un travail que l’on pourrait gérer nous même vu le peu d’emplacements possible et la taille humaine du site.

4) On démarche les annonceurs nous mêmes!

Le plus: on fixe le prix, on fait jouer nos contacts dans les boîtes de surf, ca peut aussi intéressé les acteurs locaux, car notre contenu est ciblé localement (promotion d’événements….)
Le moins: on perd du temps à trouver des annonceurs

5) L’article sponsorisé: je publie sur le blog une revue / analyse d’un nouveau site web / produit ou meme service, et la
marque à l’origine du service nous paye (plus d’infos)

Le plus: Très approprié pour un blog, c’est facile à faire, et ca apporte du contenu plus intéressant que de la pub sèche à nos lecteurs
Le moins: il faut trouver des annonceurs et à une moindre mesure ca peut endommager l’image du blog (peut on faire confiance à ce que vous écrivez, si vous glissez de la pub dans des articles?)

Nous sommes dans un contexte précis; local, population de surfeurs exclusivement, ils lisent le report régulièrement, ils nous trouvent sur les moteurs de recherche facilement…..
Il nous est possible de combiner plusieurs modèles pour la pub: mettre des bannières d’affiliations, puis préparer une page ou on propose à quelqu’un de mettre une pub pendant 1 semaine pour X euros, puis faire aussi des articles sponsorisés pour présenter les nouvelles combis ou sites de météo…

[Note: excusez le ton personnel utilisé dans l’article, c’est un texte issu d’un email envoyé directement aux personnes avec qui le site a été crée. Des personnes qui n’ont pas de notions de web marketing, mais je pense que le cas pratique illustre bien les choix possibles pour « gagner de l’argent sur internet » sans pour autant s’investir à outrance.]

[Note 2: il sera intéressant de voir comment cet article se classe par rapport à yoursurfreport sur des mots clés tels que surf report dans les moteurs de recherches]

Online Strategy Basics

mars 7, 2008 à 2:36 | Publié dans Web strategy | Laisser un commentaire

Inspiré par les personnes présentant au Forum E-marketing il y a quelques mois, j’ai préparé une présentation PowerPoint retraçant les points essentiels que l’entreprise doit connaitre avant de passer à l’attaque sur Internet.

La présentation est téléchargeable ici-même, ou alors consultable sur slideshare.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.