Les 10 commandements de la Publicité sur Youtube

janvier 11, 2013 à 3:26 | Publié dans pub - advertisement, Search Engine Marketing, youtube | 2 commentaires

la Publicité sur Youtube de part son caractère nouveau et changeant, a tendance à décourager les annonceurs. Pourtant, que votre objectif marketing soit de booster la visibilité de vos vidéos ou de générer des clics vers votre site web, Youtube a sa place dans votre stratégie de publicité sur les moteurs de recherche. N’oubliez pas que Youtube est le deuxième moteur de recherche après Google. Voici en tant qu’agence, quelques règles précieuses que nous appliquons sur Youtube.

1) Restez calme

La publicité sur Youtube n’est pas sans faille. Lorsqu’on regarde les emplacements performants d’une campagne et qu’on voit ceci:

Campagne Youtube Video non disponible

Faire de la pub sur un emplacement non disponible, c’est possible !

Campagne Youtube Emplacement Supprimé

Emplacement supprimé

On peut s’agacer et se dire que Google pourrait faire un peu mieux pour ses annonceurs (même si Google ne facture pas les clics vers ces emplacements).

D’autre part, on attend aussi mieux de Google en terme d’outils pour les annonceurs « vidéo »:

  • Youtube Video targeting tool a été supprimé (il permettait de cibler des emplacements très facilement)
  • Google Adwords pour les Vidéos a été crée, mais les formats ne sont pas encore tous acceptés et les bugs sont fréquents.

Il faut donc pour l’instant jongler entre l’interface Adwords classique et l’interface Adwords pour les Vidéos, et espérer que les choses s’améliorent très vite.

2) Segmenter les campagnes par appareil

Comme pour la publicité sur le Search ou le Display, il est préférable de grouper « Ordinateurs et tablettes » et de les séparer des appareils mobiles, sauf si votre site est « responsive », ce que je vous souhaite du fond du coeur.

3) Ne pas faire de « Invideo » (publicité en format texte ou bannière sur des vidéos Youtube)

Je vais essayer de nuancer mes propos, en tout cas ne faites pas du format Invideo votre priorité. Instrusives, les annonces en superposition sont très rarement cliquées. le format Invideo vaut-il le coup? C’est un format cher et tout porte à croire que Google préfère montrer une pub de traduction instantanée à la noix plutôt qu’une bannière en relation avec la vidéo. Si vous avez un budget serré et surtout vos propres vidéos à promouvoir, laissez tomber le format Invideo et consacrez-vous aux termes barbares que sont le Instream, le Insearch ou le Indisplay.

4) Ne pas faire confiance au ciblage contextuel par mots clés

Campagne Youtube Invideo ciblage par mots-clé

Ciblage contextuel par mots clés, on trouve le mot clé « auto » sur la page, donc Google propose un emplacement d’un constructeur automobile

Le ciblage contextuel comme l’appel Google ne prend pas compte les différents sens que peut revêtir un mot, et ignore en plus le contexte / sujet de la vidéo comme on le voit sur l’emplacement ci-dessus. Est ce que Golf a envie de diffuser son annonce sur une vidéo d’Ultimate Frisbee?

Utilisez des mots-clés et des thèmes négatifs pour cibler au mieux vos emplacements. Pour cibler des vidéos avec des mots-clés vous pouvez utilisez https://ads.youtube.com/keyword_tool, (celui-là marche toujours).

5) Ne pas faire confiance pour autant au ciblage par « thème »

Il est possible pour l’annonceur de cibler des emplacement par thème.

Catégorie de Vidéo sur Youtube

Cependant, lorsque une personne publie une vidéo sur Youtube elle n’a pas la possibilité de creuser dans une catégorie.

Catégorie de Vidéo sur Youtube

Associer une catégorie à sa vidéo sur Youtube

Comment Google peut donc dire d’un côté à l’annonceur: Vous apparaitrez sur des vidéos correspondant au thème Sport extrême, si il ne laisse pas la possibilité à l’éditeur d’associer la catégorie Sport extrême à sa video ?
Pour combler ce décalage Google utilise les mots clés! Bref, le ciblage par thème fonctionne de la même manière que le ciblage contextuel par mots clés : mal/

6) Sélectionnez vous même les emplacements ou chaines

Pour l’instant, vous pouvez utiliser:

  • Google Adwords pour Vidéos et choisir vos emplacements au niveau de la sélection de votre groupe de ciblage
  • L’outil de sélection d’emplacements accessible depuis l’interface Adwords classique
Outil sélection d'emplacements pour campagne Youtube

Outil pratique pour trouver des emplacements à cibler pour votre campagne

A noter que Google devrait mettre en place un outil pour simplifier la sélection des chaines et d’emplacements vidéos pour remplacer feu le « Video Targeting Tool ».

7) Optimisez vos campagnes Insearch

  • Méfiez-vous des correspondances de mots clés avec le format Insearch.

Ce format est idéal pour faire la promotion de vos vidéos, mais attention, les correspondances de mots clés fonctionnent comme sur Google Adwords classique et le ciblage large peut être encore plus traitre avec les vidéos. Par exemple si vous ciblez le mot clé surf, avec le ciblage large votre annonce pourra être déclenchée par des recherches comme par exemple glisse ou planche à voile voir d’autres requêtes encore moins pertinentes. Privilégiez un ciblage par mots clés « large modifier ».

Publicité Youtube Format Insearch Mots clé Large

Est-ce que ces annonceurs ont vraiment envie d’apparaitre lorsqu’on cherche le célèbre tube de Franky Vincent?

  • Utilisez des mots clés négatifs avec le format Insearch

Il est important de construire une bonne liste de mots clés négatifs, qui vous évitera d’apparaitre sur des requêtes peu pertinentes. Vous me direz Go Pro n’est pas à une impression prêt (voir exemple ci-dessous)

Campagne Youtube Format Insearch: Importance des Mots clés Négatifs

L’importance des mots clés négatifs dans les campagnes Insearch (anciennes vidéos sponsorisées)

8) Maximisez votre présence avec le format Indisplay

Le format Indisplay est certes plus cher que le Instream mais c’est un format idéal pour votre effort de branding. Vous choisissez de faire apparaitre vos annonces sur des pages de vidéos clés en relation avec votre produit / service.

Campagne Youtube Format Indisplay

Rip Curl profitant du format Indisplay en faisant la promotion de sa nouvelle combinaison sur une vidéo vantant les mérites d’une combinaison concurrente.

9) Profitez du format le moins cher: le format Instream

Utilisez-le avec un ciblage par intérêt et vous serez surpris des résultats. Le format Instream permet à la fois de:

  • promouvoir vos vidéos
  • envoyer des prospects sur votre site

10) Profitez du Retargeting Video

Le principe est simple: utiliser l’interaction des utilisateurs avec votre chaine Youtube et les vidéos de celle-ci.
Par exemple, vous pouvez cibler les personnes qui ont regardé une vidéo précise de votre chaine Youtube.

Voilà de quoi éviter quelques pièges, et trouver son chemin dans la jungle de formats proposés par Youtube. Pour les autres secrets, nous les réservons à nos clients 🙂
Mais n’attendez pas trop longtemps avant de vous jeter dans ces campagnes « vidéo », les coûts au clic augmentent chaque mois avec le nombre d’annonceurs grandissant. Et au jour où nous publions cet article Google affiche des publicités pour justement faire la promotion de cet outil !

Bref, je me suis fais arnaquer par Google

mars 2, 2012 à 5:48 | Publié dans pub - advertisement, Search Engine Marketing | 8 commentaires
Étiquettes : , , ,

Toute ressemblance à un script d’une émission de canal+ ne serait que pure coïncidence.

J’ai entendu dire beaucoup de bien de Google Adwords, le programme publicitaire de Google. J’ai reçu un coupon avec 50 euros offert.
En plus, j’ai vraiment confiance en Google, eux ce sont des écolos, ils vont même bosser en kayak. Je crois même que c’est une organisation à but non lucratif! C’est pas comme ces requins de chez Microsoft. Bref, je crée ma campagne vendredi. Je suis les indications de Google. Je suis trop content, je pense vraiment que les ventes sur mon site vont décoller!

Après un bon week end, Le lundi je me rends compte que tout mon budget y est passé. Je comprends! Mes annonces apparaissaient sur Google mais également sur toute une série de sites partenaires, appelés réseau display. Bizarre j’ai pourtant suivi les conseils de Google pour les nouveaux annonceurs.

Creation de campagne Google Adwords

Les recommandations de Google pour les nouveaux annonceurs

Bon ce n’est pas trop grave.
Je remets de l’argent et je change mes paramètres pour exclure le réseau display. Je veux des clics de gens qui cherchent vraiment mes produits!

Display une solution idéal pour maximiser les impressions

Display une solution idéale pour maximiser les impressions

Au bout d’1 mois, je fais le point, j’ai énormément d’impressions et de clics mais peu de ventes!
je me dis que c’est le début, c’est le métier qui rentre. J’affine mes mots clés et je fais quelques changements au niveau de mes annonces pour augmenter mon taux de clic qui n’est pas « fabuleux ».

Performance campagne Adwords

En même temps je me renseigne sur les Partenaires du Réseau de Recherche, car j’ai lu un article de blog Google à ce sujet.
Google dit qu’il m’

autorise gratuitement à apparaitre sur les sites Partenaires du Réseau de Recherche.

Cela me fait tout de même un petit choc car pour moi le modèle de Google Adwords c’est:
un mot clé tapé par l’utilisateur et acheté par l’annonceur génère l’apparition de l’annonce. c’est ce qui est dit dans les coupons que j’ai reçu non! On m’aurait menti?

Coupon Google Adwords

Coupon Google Adwords 75 euros!

Vos annonces peuvent être diffusées sur les pages de résultats de recherche, sur les pages d’annuaire de sites ou sur d’autres pages en rapport avec la recherche de l’internaute. Google donne toujours quelques noms de sites qui font parti des Partenaires du Réseau de Recherche : AOL (fournisseur d’accès internet), Google Images, Google Maps et Google Shopping.

Au final je me dis que c’est une chance! Aol, Google Images, Google Maps et Google Shopping, ce sont des sites visités et de qualité. C’est très bien pour mes produits. J’éprouve toujours de la sympathie envers Google qui essaye vraiment d’aider les annonceurs inexpérimentés, plutôt que d’essayer de les voler.
Au bout de 3 mois, je comprends qu’il est possible de voir la performance d’une campagne sur le moteur de recherche Google et la performance de cette même campagne sur les sites Partenaires du Réseau de Recherche. Je comprends alors que mon grand nombre d’impressions et mon mauvais taux de clic est du à mes mauvaises performances sur les sites Partenaires du Réseau de Recherche . Je remarque aussi que le coût du clic est plus cher que sur Google. Je me demande quels sont les sites Partenaires du Réseau de Recherche qui me livrent tant d’impressions et de clics. J’ai généré seulement une vente grâce aux sites partenaires de Google.

Recherche Google vs Partenaire du réseau de recherche

Recherche Google vs Partenaire du réseau de recherche: une comparaison sans appel

Je peux aussi voir sur Google Analytics la qualité du trafic venant des Partenaires du Réseau de Recherche pour chaque mot clé.
Pour cela je suis allé sur mon tableau de bord Google Analytics puis Publicité == Mot clé == Variable secondaire == Réseau de diffusion des annonces

Mots clés Awords générateur de trafic

Une annonce cliquée sur le Réseau des partenaires de recherche génère t-elle un trafic de la qualité de celui généré par une annonce cliquée sur la page de résultats Google?

Je me renseigne un peu plus sur les Partenaires du Réseau de Recherche qui commencent à sérieusement m’agacer.
Je comprends qu’il y a d’autres sites qu’Aol, Google Images, Google Maps et Google Shopping , beaucoup d’autres sites partenaires, des millions d’autres sites?
Moi je veux seulement être sur les sites Aol, Google Images, Google Maps et Google Shopping! Je commence à prendre conscience du scandale des Partenaires du Réseau de Recherche.

En effet, il est impossible pour un annonceur:

  • de savoir qui sont les sites qui diffusent mes annonces
  • de pouvoir choisir certains sites Partenaires du Réseau de Recherche

Tout d’un coup je trouve les gens de Google moins sympas et même un brin escrocs
Je ferme ma campagne aux sites Partenaires du Réseau de Recherche.

Diffusion de campagne Google Adwords: réseau Search et réseau Display

Bref si vous voulez du trafic de qualité, mettez votre campagne sur le réseau Google...Si vous êtes aventuriers, testez les sites Partenaires du Réseau de Recherche

Une publicité pas comme les autres…

juillet 2, 2008 à 2:09 | Publié dans pub - advertisement | Laisser un commentaire

On ne jugera pas le côté intrusif, mais le côté créatif de cette pub Adidas.

Lien: http://creative.advertising.msn.com/europe/Awards2008/Adidas/index.htm

Street marketing is not dead!

mars 21, 2008 à 11:22 | Publié dans pub - advertisement, Viral Marketing | 2 commentaires

Ou plutôt Street Marketing is not a crime? Je ne sais pas ce qui sonne le mieux.
Tout ce que je sais c’est qu’avec peu d’argent, un peu de volonté et de la créativité, on pourrait lancer un mouvement.

Fondateurs d’Estim Association, puis de Tripestim.com, nous n’avons jamais croulé sous les « marketing dollars »; il a toujours fallu faire beaucoup de promotion avec peu de moyens.
Les problématiques de retour sur investissement (ROI) ci difficiles à analyser qu’elles soient, sont encore plus déterminantes dans un contexte de précarité promotionnelle (je m’en vais créer un wikipedia pour cette nouvelle appellation).

Dans toute action marketing, il faut peser les ressources disponibles avec les objectifs à atteindre.

Le Mini Quizz du Operational e-Marketing Manager:

J’ai:
du budget
besoin de résultats à court terme.

J’ai pas:
de temps
de créativité

Que dois-je faire?

J’ai:
du temps
la connaissance de l’environnement de mon marché.

J’ai pas:
de budget
le temps d’être créatif
de développeur

Que dois-je faire?

J’ai:
pas mal de temps
un développeur
de la créativité

J’ai pas:
de budget

Que dois-je faire?


Les réponses:

une campagne de Search Engine Marketing / du seeding sur les blogs, forums et annuaires de ton marché / un widget pour aller promouvoir mon site sur les réseaux sociaux

On est en train de s’écarter du but même de l’article: parler d’une expérience (à succès) de Street Marketing.

En 2005, Estim dépense un grosse partie de son budget, quelques milliers d’euros dans une production de stickers de bonne qualité.

La campagne en bref:

Objectif – promouvoir la marque Estim / l’activité / le guide de voyage Surf & snow
J’ai – un peu de budget / une communauté / quelques bons surfeurs, skieurs et snowboarders
J’ai pas – de notoriété ni concernant le site, ni concernant le logo

Avec des milliers de stickers voilà les supports choisis:

– voitures des membres de la communauté
– téléphones portables des membres de la communauté
– planches de surf / ski / snow
– toilettes de bars populaires
– panneaux de signalisation des stations balnéaires / de ski

un sticker dans la presse

Ci-dessus: une baleine verte Estim se retrouve dans un article de presse pour les élections.

Après 3 ans de stickerisation, Estim est connue dans certaines places fortes des sports de glisse (Alpes un peu, Pyrénées bien, Aquitaine beaucoup), sans compter les stickers éparpillés partout dans le monde là ou les gens surfent, skient et snowboardent.

Chaque mois, 50% des visiteurs sur le site ont tapé l’url directement dans la barre de leur navigateur.
Bien sur on ne sait pas quelle part exacte de ses visiteurs provient de notre stickerisation, mais le « direct traffic » représente une part supérieure à la normale.
Lorsqu’on ajoute les 5% de visiteurs provenant des moteurs de recherche ayant tapé « estim », on se retrouve à quelques milliers de visites dont une grande partie peut être attribuée à notre action de street marketing.

Blog dans un marché niche = acquisition sans effort via moteurs de recherche

mars 14, 2008 à 8:51 | Publié dans pub - advertisement, SEO - référencement, Web strategy | 2 commentaires

[Attention c’est un case study – l’article est un peu long]

Au printemps dernier, avec plusieurs amis surfeurs sur la côte sud Landaise, nous avons cette idée:

Créer un site de surf report artisanal et local, dans lequel on trouve un récapitulatif des conditions de surf du jour, comme si c’était un ami qui appelait de la page… »

Un « surf report » consiste à détailler les conditions de surfs (vagues + vents + houle + marée).

Contrairement au cas d’une start-up web, nous évitons les questions du genre: est ce que quelqu’un l’utilisera, est ce que ça peut rapporter de l’argent, combien cela va-t-il couter…
Il n’y aura pas de structures, et je prendrais une demi-journée pour mettre en place l’interface web. Le reste, c’est quelques minutes par jour pour regarder les conditions et mettre en ligne le report.

Au niveau des recherches sur google, nos résultats sont excellents pour quelques mots clés intéressants:

– hossegor surf report = 3ème
– capbreton surf report = 3ème
– seignosse surf report = 3ème
– landes surf report = 10ème
– surf report = 2ème
– surf forecast = 7ème

surf à Bells Beach Australie

et au niveau des keywords, les gens trouvent notre site avec (top 5):
– surf report = 907
– yoursurfreport = 150
– surf report hossegor = 116
– surf reports = 97
– hossegor surf report = 76

Vu que c’est un blog, les gens ne voient généralement que la page d’accueil et vu que la page d’accueil montre le report du jour, peu de visiteurs cherchent ou naviguent vers d’autres pages.
Mais on s’aperçoit que dès que l’on met un peu de mots clés dans un report, il est trouvé par certaines personnes sur les moteurs de recherches et donc se distingue de la masse de messages journaliers.

Les deux pages suivantes ont été les deux plus vues après la page d’accueil:
un report avec un titre très explicite
la page des surf forecast

On a également un pic de pages vues en Mars le jour (le 12) ou j’ai mis les news sur le tsunami qui a réduit en miettes une partie de l’Estacade de Capbreton.

Donc voilà le constat:

  • – très bon sur les moteurs de recherche
  • – notre public semble être friand d’infos qui dépassent le cadre des reports
  • – nous avons un public de surfeurs uniquement, et de surfeurs qui s’intéressent au surf dans les Landes, soit une cible très caractéristique.

La Gravière, surf, hossegor

Il est probablement temps de passer à l’action, et de commencer à prendre au sérieux ce site, ou tout au moins lui donner la chance de rapporter un peu d’argent.
Il existe plusieurs manières de présenter de la pub sur yoursurfreport.com….

1) Affiliation: comme sur Estim

Le plus: facile à gérer, pas de démarche commerciale à faire; en 1heure on a de la pub sur le site sous forme de liens ou de bannière. On choisit qui l’on veut comme annonceur sur notre site
Le moins: pas beaucoup de choix; surtout dans le surf… Ca marche avec des commissions sur les ventes principalement, donc peu de chances de rapporter gros.

2) Google Adsense: comme sur AlloSurf sur la gauche

Le plus: facile à gérer, pas de démarche commerciale à faire; en 1heure on a de la pub sur le site sous forme de liens. C’est rémunéré au clic ou à l’impression, donc pas besoin qu’il y ait des ventes pour qu’on gagne de l’argent.
Le moins: je choisis pas totalement qui je veux (c’est possible, mais pas automatique), donc c’est pas forcément très ciblé, l’exemple l’illustre bien. En plus, y a pas trop de choix non plus en terme d’annonceurs Surf.

3) Passer par une régie publicitaire – exemple de ViewSurf

Le plus: la régie fait du démarchage à notre place.. ils trouvent les annonceurs, et nous sommes payés en fonction du traffic qu’on attire sur notre site….
Le moins: ca rapporte pas énorme, car on a pas beaucoup de pages vues (les gens viennent principalement pour la page d’accueil = le report) en plus la régie prend une commission, pour un travail que l’on pourrait gérer nous même vu le peu d’emplacements possible et la taille humaine du site.

4) On démarche les annonceurs nous mêmes!

Le plus: on fixe le prix, on fait jouer nos contacts dans les boîtes de surf, ca peut aussi intéressé les acteurs locaux, car notre contenu est ciblé localement (promotion d’événements….)
Le moins: on perd du temps à trouver des annonceurs

5) L’article sponsorisé: je publie sur le blog une revue / analyse d’un nouveau site web / produit ou meme service, et la
marque à l’origine du service nous paye (plus d’infos)

Le plus: Très approprié pour un blog, c’est facile à faire, et ca apporte du contenu plus intéressant que de la pub sèche à nos lecteurs
Le moins: il faut trouver des annonceurs et à une moindre mesure ca peut endommager l’image du blog (peut on faire confiance à ce que vous écrivez, si vous glissez de la pub dans des articles?)

Nous sommes dans un contexte précis; local, population de surfeurs exclusivement, ils lisent le report régulièrement, ils nous trouvent sur les moteurs de recherche facilement…..
Il nous est possible de combiner plusieurs modèles pour la pub: mettre des bannières d’affiliations, puis préparer une page ou on propose à quelqu’un de mettre une pub pendant 1 semaine pour X euros, puis faire aussi des articles sponsorisés pour présenter les nouvelles combis ou sites de météo…

[Note: excusez le ton personnel utilisé dans l’article, c’est un texte issu d’un email envoyé directement aux personnes avec qui le site a été crée. Des personnes qui n’ont pas de notions de web marketing, mais je pense que le cas pratique illustre bien les choix possibles pour « gagner de l’argent sur internet » sans pour autant s’investir à outrance.]

[Note 2: il sera intéressant de voir comment cet article se classe par rapport à yoursurfreport sur des mots clés tels que surf report dans les moteurs de recherches]

Le tipping point avec une petite étude amusante

mars 7, 2008 à 2:09 | Publié dans pub - advertisement, Viral Marketing | Laisser un commentaire

Savez vous ce qu’est le Tipping Point?
Pour ma part, ça résonne avec le livre écrit par Malcom Gladwell du même nom, que je n’ai pas lu.

Le « tipping point » caractérise la manière dont une idée évolue, se transmets dans la société (définition Wikipedia: un peu nulle)

Dans son livre, L’ami Malcom observe comment une idée, un produit, un service va se répandre à la manière d’une épidémie dans la société. Par exemple; comment le livre d’un inconnu devient un best seller, comment youtube est parvenu à se développer…
Voilà pour le petit rappel théorique, voyons maintenant ce petit exemple pratique.

C’est une expérience menée par quelqu’un qui voulait savoir si le succès de quelque chose qui est « tendance » pouvait être reproduit. Par exemple, voir si le succès d’une artiste comme Madonna pouvait être reproduit en revenant en arrière dans les années 80.

Le contexte:
Un système permettant de télécharger des musiques.
48 nouvelles chansons de groupes jeunes et inconnus.
14000 personnes réunies pour l’expérience.

L’expérience:
Une partie des 14000 personnes sont amenés à écouter toutes les chansons et à les évaluer selon leur propre préférence.
Le reste des 14000 personnes sont divisés en 8 groupes ayant des affinités sociales, et écoutent / évaluent les musiques en groupe (cha

cun peut voir quelles notes les autres membres du groupe ont attribué).

Le résultat:
Les résultats des votes de personnes seules ont été très homogènes, avec quelques chansons amassant un score de popularité légèrement meilleur ou inférieur que les autres.

Et bien évidemment dans les groupes « sociaux » les résultats furent complètement différents.
Non seulement, certaines chansons reçurent des notes incroyablement élevées, mais surtout, en passant de groupe en groupe, les chansons « star » et les chansons « flop » n’étaient jamais les mêmes. (exemple: la chanson n°1 dans un groupe, finissait 40eme dans un autre etc…)
L’aspect le plus intéressant venant du fait que les chansons bien notées par les groupes n’avaient rien à voir avec les chansons bien notées sur le mérite, par les personnes seules.
Il suffisait que quelqu’un vote au hasard pour une chanson en numéro 1 dans un groupe, pour que les autres membres du groupe copient ce vote. Et une chanson appréciée par une ou deux personnes devenait la favorite de tout un groupe.

Il est donc important de toucher dès le lancement de vos produits/services/ idées d’une part:

    1) les early adopters : qui comme le nom l’indique ne rechignent pas à tester quelque chose de nouveau
    2) mais aussi les personnes qui ont de l’influence!

Gagner de l’argent sur le Web

novembre 6, 2007 à 6:19 | Publié dans Affiliation, pub - advertisement, Web Marketing | Laisser un commentaire

ou plutôt avec son site web….

Une question qui, lorsqu’on a comme moi la tête dans le guidon et qu’on mange du web marketing 3 fois par jour, parait évidente, mais qui ne l’est pas pour la plupart des gens.
A chaque fois que j’évoque un projet Web avec mes « associés » d’Estim, c’est une question qui revient souvent… Et je sais au fond de moi que mes rapides explications techniques n’apportent pas de vraie réponse.

J’ai trouvé aujourd’hui plusieurs articles en anglais décrivant toutes les possibilités qui s’offrent au Web Entrepreneur pour monétiser son site Web. Je m’apprête à les décrire, les simplifier, et les commenter.

Aujourd’hui dans cet article: Advertisement – Publicité

Au même titre que la publicité dans le monde réel, la publicité online consiste à utiliser de l’espace vide pour y mettre des bannières (images, animées ou non, intelligentes même parfois).
Plusieurs formes de rémunération s’offrent à vous:

    Fixe = vous vous faîtes payer X euros pour X jours
    CPM = coût pour 1000 pages vues – intéressant pour des annonceurs cherchant à construire / améliorer leur image de marque – Exemple en haut
    CPC = coût par Clic – souvent utilisé lorsqu’il y a une offre derrière la bannière! – Exemple Google Adwords
    CPA ou CPL = coût par Action (lead) – vous êtes rémunérés seulement lorsque vos visiteurs effectuent une certaine action sur le site de l’annonceur – exemples: s’enregistre, ajoute à son panier un objet…
    CPS = coût par vente – le Pay Per Success ultime, qui devient de plus en plus courant au fur et à mesure que les possibilités de « tracking » s’améliorent.

A noter que parallèlement à l’évolution de ces modèles de rémunération, les bannières (les pub elles mêmes) évoluent aussi.
De la même manière, certaines bannières marchent mieux dans certains contextes, mais on remarque une vraie évolution vers de la publicité beaucoup plus efficace / interactive. Au départ on avec du texte, puis des images, qui se sont animées… Et aujourd’hui, les plateformes d’affiliations (qui ne sont – pour simplifier – rien d’autre que des sites indépendants vous permettant de gérer la pub sur le votre) proposent des formats beaucoup plus engageants pour les consommateurs:

    Catalogues = l’annonceur expose sur votre site sa liste de produits plutôt qu’une bannière
    Marque Blanche / White Labelling = vous intégrer le site de l’annonceur dans le votre, l’expérience est pratiquement la même pour le consommateur, mais ca évite à l’annonceur de faire venir le consommateur sur son site
    Widgets = un nom bien générique qui inclut presque tout, le widget revête les caractéristiques d’une bannière « intelligente » qui propose du contenu plus intéractif. Un exemple très simple, c’est cette bannière d’un site de recherche d’emploi (myCareer) sur un site « publisher » qui permet de commencer la recherche d’emploi, directement dans la bannière.

Voilà pour un petit tour d’horizon des options d’Advertisement.

Pour ceux qui veulent consulter d’autres sources:
Article de ConversionRater
Celui ci de ProBlogger – encore plus avancé

En général, articles Jeremiah « Web Strategist » sont très intéressants car ils permettent d’aller en profondeur sur un sujet.
Voilà un article encore plus général qui revient sur les « modèles » (mais aussi sur les formats) de sites Web d’un point de vue stratégique.

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.