Le Bon Coin, dans l’immobilier comme dans la vente de sèche cheveux… Pourquoi est-il si fort?

février 16, 2011 à 9:46 | Publié dans ergonomie - design, Web strategy | Un commentaire

Hier lors d’une formation référencement à Nîmes, le déjeuner fut marqué par une discussion sur le succès du Bon Coin?

Il faut savoir que dans l’immobilier (mais c’est aussi vrai pour la vente de sèche cheveux, de ceintures et de vignettes panini), le Bon Coin est devenu une des principales sources de contacts. (Derrière le référencement pour les agences immobilières les plus futées :))

le Bon Coin: un succès dans l'immobilier

Il fait pas rêver ce look?

La question étant; comment se fait-il que Le Bon Coin soit un succès sachant que:

  • Le site est moche
  • Le site n’est pas fonctionnel: pas possible de mettre en place une alerte pour être mis au courant des nouveautés par exemple
  • Il ne jouit pas d’un bon référencement
  • Il ne fait pas non plus de pub!!!

Bref, si « Bon Coin » est aujourd’hui le deuxième mot-clé le plus tapé en France derrière « Facebook », c’est uniquement grâce au bouche à oreille.

Un des participants à la formation est parti acheter le dernier numéro de Capital, pour qu’on puisse éplucher les éléments qui ont fait selon l’auteur d’un article sur le Bon Coin, le succès de ce site:

  • simplicité par rapport aux concurrents: l’idée étant de donner directement accès au numéro de téléphone du vendeur, de tout avoir en trois pages en gros: accueil > recherche > détails
  • le prix: ou plutôt l’absence de prix. La gratuité était apparemment unique lorsqu’ils se sont lancés il y a 4 ans. Tous les concurrents étaient payants! Ils pensaient d’ailleurs ne rester gratuit que quelques temps, mais les revenus publicitaires se sont avérés plus intéressants que prévus.
  • la recherche régionale: alors que le web permet justement de pouvoir acheter un appareil photo reflex à l’autre bout du pays, Le Bon Coin a joué la carte régionale en favorisant la mise en relations de personnes qui sont proches géographiquement. De cette manière, il existe des « web chineurs » qui sont collés au BonCoin pour savoir tout ce qui se vend localement, de la maison à la machine à laver, dans le but de ne pas rater la bonne affaire.

Au niveau des revenus, la moitié est assurée par la pub, l’autre moitié par les professionnels de l’immobilier. Donc ils espèrent trouver d’autres professions (concessionnaires, vendeurs électroménager…) pour arrondir les fins de mois!

A noter que l’actionnaire principal du Bon Coin a annoncé qu’il ne comptait surtout pas changer le design!

Principes de base en ergonomie

juillet 5, 2008 à 9:26 | Publié dans ergonomie - design | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , ,

Je ne suis pas du tout un spécialiste de l’ergonomie et du design.
Je me suis penché sur les notions du Golden Number (j’espère que je ne dis pas de bêtises) lors de la préparation de l’ossature du nouveau site sur lequel je travaille.

Mais le principe que je respecte le plus en ergonomie c’est la méthode de la « banane ».
On considère que tous les internautes sont des singes et qu’il faut mettre UNE banane qu’ils saisiront sans problème.

En fait, c’est le principe des Primary et secondary actions.
Il faut que ce soit très clair pour l’utilisateur quelle action doit être effectuée sur une page web.

Quelques méthodes à respecter:

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.